Obligation du port du casque à vélo ? Pourquoi les cyclistes devraient -­ ils porter le chapeau ?

UN COMMUNIQUÉ DE L’ASSOCIATION DES VILLES CYCLABLES… repris de Twitter.

22/09/2015

Les  chiffres de l’insécurité routière semblent repartis à la hausse. Pour rester nettement sous la barre des 4000 morts par an n’oublions pas qu’en 1972 on déplorait 18034 décès sur les routes ! Et surtout, pour continuer à enregistrer des progrès sensibles dans toutes les catégories d’usagers, le gouvernement va présenter de nouvelles mesures. Les  cyclistes ne constituent pas une catégorie particulièrement problématique : leur  exposition au  risque continue de diminuer à mesure qu’ils se multiplient en ville et que l’aménagement urbain est plus hospitalier, avec des vitesses abaissées permettant une   meilleure cohabitation des modes de déplacement.

Ces dix dernières années, l’usage du vélo s’est fortement développé mais ne s’est pas accompagné d’une augmentation du nombre de tués qui se situe autour de 150 tous usages du vélo sportif, ludique, utilitaire confondus. Soit entre 3 et 4 % de l’ensemble des tués sur la route.

Le sujet n’est cependant pas à minimiser pour autant : tant qu’il y aura des cyclistes tués et blessés sur la route, la sécurité à vélo devra rester une préoccupation majeure des  pouvoirs publics et des associations qui promeuvent le vélo. Mais l’obligation du port du  casque qui ne manque jamais de revenir dans la liste des mesures envisagées n’est pas  une bonne solution. Elle n’est pas de nature à agir sur les causes réelles mais à donner   aux pouvoirs publics l’impression d’avoir pensé à tout le monde.  Et que  « ça ne coûte rien  ». Or, comme l’ont montré des études portant sur des pays qui ont rendu le casque obligatoire, la mesure coûte : en baisse de l’usage du vélo et en effets indésirables comme le sentiment que le cycliste est moins vulnérable ou le message  implicite que le vélo, c’est dangereux. C’est pourtant la mesure qui revient une énième fois dans les propositions de la Délégation interministérielle à la sécurité et circulation routières. L’obligation concernerait les enfants de moins de 12 ans qui le portent déjà le plus souvent, dans le cadre scolaire et sportif, dans le cadre d’activités de loisir et hors agglomération.

Selon l’ONISR (Observatoire national interministériel de la sécurité routière), les traumatismes crâniens affectent surtout les piétons, les automobilistes et, proportionnellement moins, les cyclistes. Il peut être tentant de se dire que le casque   obligatoire pour les cyclistes, ça ne coûte rien. Il est pourtant dommage de ne pas aller   plus loin dans l’examen des causes et de la diversité des solutions. Parmi ces mesures,   les évolutions réglementaires récentes et l’aménagement de l’espace public, qui   remettent en question le tout automobile, disposent désormais d’un retour  d’expérience qui établit leur efficacité. C’est le cas, par exemple, de la multiplication des doubles sens cyclables qui ne s’est pas traduite par une augmentation du nombre d’accidents. Le double sens cyclable contribue même à baisser les vitesses dans certaines rues ! Le cédez le passage cycliste au feu ne se traduit pas par une augmentation des accidents  cyclistes en carrefours. Par ailleurs, les cyclistes ne sont pas plus infractionnistes que les autres usagers de la route. Les leviers pour améliorer la sécurité des cyclistes sont connus et ont porté leurs fruits ces dix dernières années : modération de la vitesse,  amélioration de la visibilité des cyclistes, adaptation de l’espace publics aux modes actifs, partage de la voirie. Alors, continuons résolument dans cette direction, bonne pour tous les usagers de la rue. Et agissons sur les causes réelles de l’insécurité routière : la  vitesse, l’alcool, l’usage des téléphones portables au volant ! Les cyclistes ne doivent  pas porter le chapeau avec des décisions coercitives à côté de la plaque. Mettons plutôt en œuvre les mesures sans cesse repoussées relatives à la cohabitation avec les  véhicules à grand gabarit poids lourds, cars, bus, engins de chantier … alors qu’elles sont clairement identifiées par  la DSCR depuis 2010 et qu’elles figurent même dans la mesure 11 du Plan national d’action pour les mobilités actives de mars 2014 !

Pierre  SERNE,  Président  du  Club  des  villes  et  territoires  cyclables.

Le Club des villes et territoires cyclables, réseau de collectivités territoriales, créé en 1989 par 10 villes pionnières, rassemble aujourd’hui plus de 1500 collectivités territoriales : communes, agglomérations, départements, régions. Les élus réunis au sein du Club agissent pour développer l’usage du vélo au quotidien mode de transport à part entière, les modes actifs et les politiques de mobilité et d’aménagement urbain  durables. Il est présidé par Pierre SERNE, vice-président de la Région Ile-de-France.

www.villescyclables.org

Communication médias : Claude Lisbonis / CLC

T.  +33  01  42  02  17  40  /  06  20  67  18  66  clc@claudelisbonis.com

Une réflexion au sujet de « Obligation du port du casque à vélo ? Pourquoi les cyclistes devraient -­ ils porter le chapeau ? »

Laisser un commentaire